Résultat de notre grande enquête sur le Delta du Mekong

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Merci à toutes celles et à tous ceux (et je suis sur que vous êtes nombreux) qui ont cogité sur notre question « Que vous inspirent ces mots : Le Delta du Mekong ? ». Merci plus particuilièrement à Stinadance et Kalou d’avoir pris la peine de répondre.

Pour l’une, c’est le fleuve qui serpente paresseusement, faisant des S qui s’élargissent en forme de delta, pour l’autre (coquine, va) c’est le roman de Marguerite Duras, l’Amant, et la fameuse rencontre à l’entrée d’un des embarcadères.

Pour jouer le jeu avec vous, pour moi, le delta du Mekong, c’était un paysage plat de rizières, avec de belles propriétés coloniales, effectivement comme celle où Marguerite Duras a passé sa jeunesse et qu’elle (ou Jean- Jacques Annaud) décrit dans l’Amant avec tout ce qui va avec, la torpeur liée à la chaleur, la lascivité, la sensualité (coquin, va).

J’ai donc été un peu surpris en découvrant d’abord des villes de 100 à 300.000 habitants. Les belles maisons coloniales se cachent bien, la torpeur, la lascivité et la sensualité aussi. J’espère les découvrir du coté de Huet, je vous tiendrai au courant.

Alors, concrètement, c’est quoi, le delta du mekong ? Sur le plan géographique, c’est d’abord l’arrivée dans la mer d’un fleuve long de plus de 4.000 kms, venant des pentes de l’Himalaya. Arrivé au bord de la mer de Chine, le dénivelé est faible et le fleuve se subdivise en de multiples bras, dont « les 9 dragons ». Il y en a bien un qui serpente, je l’ai photographié à parti de l’avion à notre arrivée.

Comme il est chargé d’alluvions, les terres sont riches et le delta est effectivement le grenier du Viet Nam et fait de celui-ci le deuxième exportateur de riz au monde après la Thaïlande. En dehors des 9 bras principaux, il y a des myriades de subdivisions, ce qui fait que la navigation fluviale est le moyen le plus adapté à la circulation et aux échanges, d’autant que le courant est faible, et même parfois alternatif. A certains endroits, selon la période de l’année et la marée, le fleuve peut couler dans un sens puis dans l’autre. Amusant, non ?

La principale curiosité du Delta, ce sont les marchés flottants. Les productions des agriculteurs sont acheminées dans les villes à bord de sampans, sorte de grosses barques avec une petite plateforme à l’arrière où se trouvent le poste de pilotage et le lieu de vie familial. Les commerçants locaux viennent eux-mêmes s’approvisionner en barque, ce qui donne un lieu d’échange particulièrement vivant. D’autant qu’autour de ces professionnels gravitent des bistrotiers ou bistrotières, se déplaçant debout sur des petites barques avec deux grandes rames, pour proposer à boire ou à manger.

Merci encore Stinadance et Kalou. On continue à jouer ? Prochaine question : Que vous inspirent ces mots « la Baie d’Along » ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article