J60 – Samedi 29 novembre 2014 – Nouméa again …

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Dernière nuit en Nouvelle Calédonie ! Pour fêter (!!!) cela, Cath nous a réservé une chambre dans un bel hôtel de l'Anse Vava. Il est 16h00, la chambre n'est pas prête et le wifi pédale lamentablement. It's New caledonia, brother …

 

Le vent a fini par se calmer cette nuit. Et nous sommes repartis pour terminer notre périple.

En chemin, une petite perle, le Fort de Teremba, qui nous réconcilie quelque peu avec le travail de mémoire calédonien.

J60 050

Il s'agit d'un des premiers bagnes édifiés dans la plaine, en 1871, avec l'objectif de développer l'activité agricole. « Le besoin grandissant de terres pour y installer les bagnards est à l'origine, en 1878, du déclenchement de l'insurrection Kanak, menée par le chef AtaÏ. » Je copie sans vergogne le flyer de l'association Marguerite qui a décidé de sauver le site en 1984.

J60 048 J60 037

Outre la vie des bagnards, le musée présente une histoire très complète de la Nouvelle Calédonie, deux choses que nous n'avions pas eu l'occasion de véritablement appréhender jusque là. Outre la réhabilitation des lieux et la création du musée, l'association Marguerite a créé un lieu d'accueil pour les classes « Patrimoine » et a créé un son et lumière unique sur le Territoire avec 180 figurants. Nous imaginons sans mal le souffle qu'un tel projet a du donner aux habitants locaux. Si tu passes ici, ami lecteur, arrête-toi !

J60 016 J60 015

Une phrase choc nous a marqué, prononcée par le chef Kanak Ataï devant le gouverneur de l'époque, en ouvrant deux sacs : « Voilà ce que nous avions (de la terre), voilà ce que tu nous laisses (des cailloux) ».

J60 031

Cela nous rappelle la formule des noirs sud-africains. « Quand vous êtes arrivés, nous avions la terre et vous Dieu. Maintenant nous avons Dieu et vous … la terre ».

Arrivés à Nouméa, nous faisons une halte pour visiter le musée de la seconde guerre mondiale qui relate un épisode mal connu (en Métropole) de l'histoire Calédonienne. Qu'en penses-tu Marico ?

J60 062 J60 054 J60 060

Pendant que la Métropole vivait l'occupation allemande, le Japon avait entrepris l'occupation du Pacifique : Malaisie, Singapour, Philippines, etc. Pour contrer l'avancée des japonais, les américains avaient obtenu de De Gaulle l'autorisation de faire de la Nouvelle Calédonie leur base arrière. Les ricains arrivent, tu imagines le choc culturel. Mais ils finissent par être plus de 20.000, doublant ainsi la population de Nouméa. Ils créent 12 terrains d'atterrissage sur la côte Ouest. On dit que, pendant les 3 années d'occupation, près d'un million (!!!) de GI transiteront par la Nouvelle Calédonie...

Un peu fouillis ce musée, mais l'essentiel est là.


Aller, un dernier regard sur l'horizon …

J60 075

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

stinadanse 30/11/2014 18:54

Tout cela est très instructif une fois de plus.

où partez-vous maintenant ?

fourmi 30/11/2014 09:13

on sent un peu de nostalgie à la fin de votre séjour sur le caillou. très instructif le cours d'histoire. je ne m'étais jamais intéressée à ce qui c'est passé sur ce bout de terre française que ce
soit fin 1800 et durant la seconde guerre.

Michel belland 29/11/2014 22:08

je vous dis bravo pour cette dernière journée en nouvelle Calédonie j'ai appris plein de choses et je crois que c'est cette journée de voyage que je retiendrai et c'est surement par la que je
commencerai ma visite de l'ile si pleine de surprises bisous pluvieux de Touraine

Nadine 29/11/2014 21:07

De beaux paysages,un récit comme si nous y étions.j attend avec impatience la suite
Nous rentrons dans L hiver grrr