J57 – Mercredi 26 novembre 2014 – A Tendo, chez Julie et Jean-Claude

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Passons rapidement, au grand dam de Delphine, sur la plongée de ce matin. Cela aurait pu être un temps fort de notre séjour en Nouvelle Calédonie, cela a failli tourner au cauchemar.

 Le ciel est couvert et la mer est formée lorsque notre bateau quitte la plage. Nous sommes 15 à bord à braver les embruns. Heureusement le spot est à 30 minutes. Nous sommes 6 dans notre palanquée (7 avec le chef, c'est trop) et comme le deuxième chef de palanquée ne connaît pas le spot, les 2 palanquées vont se suivre. Nous sommes donc 13 à nous retrouver au bout du bout (prononcer « boute » pour les non-marins...). Nous avons tous les mêmes combinaisons, avec cagoule, il n'y a que les palmes pour nous différencier. Et encore … Notre chef a des palmes roses, qui virent au gris à 10 mètres. Il a du mal à démarrer. Il nous expliquera plus tard qu'il s'est trompé de spot (c'est aussi lui le pilote du bateau …). Le spot est superbe avec plusieurs grottes traversantes, mais la visibilité est moyenne. Un temps fort : notre premier requin ! Un « petit » requin à pointes blanches d'1,50 mètre de long. Il décolle du fond, fait plusieurs tours et revient se poser. Superbe. Sinon, des coraux, des gorgones, des poissons multicolores … Très beau spot .

 Pause d'une heure à bord du bateau. Très inconfortable car la mer est toujours agitée. On se remet à l'eau. Rendez-vous au bout du bout. Il faut d'abord remonter le long du bateau pour trouver le bout. Le courant est fort. Cath essaie de descendre, lâche le bout et est déportée par le courant. Elle arrive en bas ailleurs, toute seule ! Et quand j'arrive, elle n'est pas là. Grosse frayeur ! Notre chef de palanquée ne s'est aperçu de rien. Plongée stoppée pour Cath, gâchée pour JD. Dommage …


 On tourne la page pour reprendre, en live, notre quizz d'il y a deux jours. Quel est le point commun à un paquet de lentilles, un paréo et un billet de 1.000 francs pacifiques ? Bravo à tous ceux qui ont participé, nous avons bien rigolé. La palme de la drôlerie à Delphine. Mais la palme de la bonne réponse à Julie (Je ne sais pas comment tu sais cela). Il s'agit des éléments de la « coutume » qu'il est de bon ton d'offrir au chef d'un village où l'on cherche à se loger.

J57 001 J57 009 J57 010

Nous souhaitons passer 24 heures dans une « tribu » et nous voici donc en train de « faire la coutume » avec Jean-Claude et Julie, nos hôtes. Pour info, si tu viens à passer par là, Jean-Claude nous indiquera que les 3 ingrédients ne sont pas obligatoires, que ce qui compte, c'est la marque de respect vis à vis des hôtes et des traditions, et qu'une bonne bouteille de vin aurait aussi bien fait l'affaire …

J57 002 J57 003 J57 005

Nous sommes donc ce soir dans la tribu de Tendo, chez Jean-Claude et Julie. La tribu de Tendo est voisine de celle des Tjibaou, Julie était l'une de ses petites nièces. Le long de la piste, nous nous sommes arrêtés devant le mémorial que constituent les deux 403 incendiées lors du guet-apens de 1984 qui coûtera la vie à 14 membres du FLNKS dont 2 frères Tjibaou. Guet-apens commis par une poignée de « zoreilles » (caldoches) fanatisés qui, selon notre prof de français, ne seront jamais condamnés.

J57 015 J57 016 

Nous questionnons longuement Jean-Claude et Julie sur l'organisation de la tribu et des clans qui la composent et sur les traditions kanaks. Elles inspirent ici complètement la vie de chacun. Vie civile, religion et coutumes s'articulent apparemment sans que cela ne pose de problème. Jean-Claude est chef de clan, protestant pratiquant et a été conseiller municipal de Hienghène...

J57 019 J57 017 J57 018

Quelques idées fortes :

La tribu est une idée des missionnaires, qui voulaient regrouper les familles vivant sur un même territoire. La tribu est composée de plusieurs clans ou familles. A Tendo, il y a 5 clans pour environ 130 habitants.

Les garçons héritent d'une parcelle de terre du clan. Toute la tribu s'organise pour l'aider à construire sa maison. Les femmes rejoignent le clan de leur mari. Les mariages sont l'occasion de grandes fêtes. Ils créent des « chemins coutumiers » entre les clans.

Tous les hommes du clan ont une fonction au service du clan : le responsable des noms, le responsable des plantes, le responsable des cases, etc.

Chaque enfant se voit donné un nom coutumier par le responsable des noms.

On peut demander à adopter un enfant du clan.

J57 012 J57 013 J57 014

L'argent kanak est une sorte de bijou en produits naturels (coquillages, plumes, os, ...), élaboré exclusivement par les femmes responsables de l'argent kanak. Il est utilisé en 3 occasions : pour « acheter » sa femme, pour la naissance d'un enfant et pour un décès.

Et plein d'autres choses encore, que nos petits cerveaux vont trier et remettre en ordre cette nuit dans la case... 

Repas traditionnel : Soupe, viande de cerf accompagnée par les légumes tradionnels (squash (!!), banane plantain, igname), ananas.

J57 027

 

Ajout du 1er décembre. Je m'aperçois que j'ai rebaptisé Jean-Claude "Jean-Paul" tout au long de cet article. Je corrige ! Mais on retrouvera le prénom Jean-Paul dans certains comments ...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jess 11/02/2015 00:32

Jean Marie Tjibaou a été assassiné par Djubelly Wéa, un Kanak indépendantiste, ancien conseiller territorial et membre du FULK, opposé aux accords de Matignon de juin 1988 et non par un zoreille
(les zoreilles ne sont d'ailleurs pas des caldoches mais il s'agit du nom donné aux métropolitains débarquant sur le caillou).... Ne jamais croire un prof qui vit au camping et se déplace en mini
vélo !!! :) bonne continuation !

Maty 31/03/2018 16:38

C'est un vieux commentaire mais je pense qu'il est important de préciser : ce couple parlait de l'embuscade de Wan Yatt qui a eu lieu le 5 décembre 1984 près de Tiendanite où 10 hommes ont été assassinés (embuscade qui a été présument commandité par la France) et non de l'assassinat de JM Tjibaou le 4 mai 1989 à Ouvéa. En effet par contre "zoreilles" (français arrivés sur le territoire) et "caldoches" (descendants de colons, familles présentent en Nouvelle-Calédonie depuis plusieurs générations) ne désignent pas les mêmes communautés.

Marico 29/11/2014 08:44

Vous rencontrer via le CR me comble tjrs de joie , mais là vraiment je n'ai pas aimé lire le début ! Quelle trouille vous avez du avoir ts 2 et je partage l'avis de DelizAzz sur le
non-professionalisme.
Très intéressée par le reste du récit.. et ravie de la lire la solution du quizz o))))))))
Bisous, soyez prudents SVP !

DeLizAzz 28/11/2014 13:09

Mais je n'ai pas tout compris... En gros Catha été prise dans le courant, s'est déportée et s'est retrouvée au fond, beaucoup plus loin que prévu par le guide ??
Et toi, une fois en bas tu as constaté que Cath n'était pas là et tu es remonté ??
Comment ça doit vraiment faire peur de penser retrouver son binôme en bas et paf plus rien... Tu te souviens du nom du gars et du club de plongée pour signaler leur non professionnalisme sur des
forums spécialisés ??
Bisous !!

notretourdumondeparpetitsbouts 29/11/2014 10:46



Effectivement, on a passé 2 jours à digérer ce qui s'est passé et nous allons donner suite.



cat92 27/11/2014 19:43

prudence, prudence!!passionnant vos infos, vous découvrez des personnes et coutumes que beaucoup de touristes doivent totalement méconnaitre.
Et où avez vous appris quel était ce cadeau traditionnel à faire.
Qui vous a orienté vers Fean Paul et sa tribu ??
J'apprends beaucoup grâce à vous.
Merci

notretourdumondeparpetitsbouts 29/11/2014 10:39



On a pioché l'info dans le guide et nous avons eu l'adresse au Tourism Information.



Stinadanse 27/11/2014 16:04

Soyez prudents avec les amateurs de la plongée. Je préfère vous savoir à faire une plongée ethnologique et sociologique, c'est plus instructif pour moi et moins dangereux également.

fourmi 27/11/2014 11:23

Que d'aventures, je n'aurais vraiment pas aimé participer à votre plongée. je note très précieusement votre doc. au cas où ma fille s'installe là-bas et qui sait si un jour j'y vais je saurais ce
qu'il faut amener au chef coutumier.....