J39 – Lundi 22 août : L’heure du bilan …

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

6h30. Petite anecdote en arrivant ce matin à l’aéroport. Notre avion, qui devait partir à 9h00, n’est pas programmé !!! En regardant bien le tableau des départs, on finit par le découvrir à …18h05. Et flute ! Cela nous apprendra à ne pas vérifier notre vol la veille.

Nous regardons autour de nous l’environnement dans lequel nous allons devoir passer près de 12h00. Tristoune …

Pas de consigne à bagages. On se pose dans un coin et je vais faire un tour, voir si, par extraordinaire, il serait possible de permuter notre billet avec celui d’une autre compagnie aérienne. Je découvre un guichet d’embarquement Oman Air. C’est celui de notre avion, dont le départ est bien prévu pour 9h00 !!! C’est le petit gag du lundi matin …

8h00. Une analyse du tableau de la vingtaine de départs de la journée. Oman, Arabie Saoudite, Qatar, Koweit, plus de la moitié des vols sont à destination des pays arabes. Les autres ont pour destination Delhi, Calcutta ou Bangkok. La péninsule arabe est vraiment devenue une plaque tournante entre l’Europe et l’Asie.

9h30. Le ciel nous ouvre une petite fenêtre pour nous permettre d’admirer quelques sommets himalayens.

 J39 Le retour 003 J39 Le retour 014

10h30. Survol de la vallée du Gange puis du désert qui sépare l’Inde et le Pakistan.

 

L’heure du bilan donc. Cath a sorti son IPad et effleure les touches (on ne dit plus « taper » avec ce mode d’écriture) de façon à ne pas se laisser influencer par mon bilan, ou l’inverse.

Encore un voyage qui est passé très vite. Une fois que l’on est pris dans le mouvement, la vie s’organise avec cette nouvelle donne (transports, logements, visites) et le temps s’écoule.

Plusieurs choses m’ont quant à moi marqué. La première est le développement démographique de certains pays, dont l’Inde. Aucune politique de régulation des naissances. Dans un scénario « fil de l’eau » l’Inde va, dans les 30 années à venir, dépasser la Chine, dont la population va rester stable. Dans 30 ans (si ma mémoire est bonne et si l’article déchiffré dans le journal népalais est fiable), dans les 7 pays les plus peuplés au monde il y aura l’Inde, l’Indonésie, le Nigéria, le Pakistan, le Bengla Desh, autant de pays où la religion encourage les naissances.

Deuxième élément marquant, toujours caractérisé par l’Inde : l’absence de mixité religieuse, largement due à la pratique du mariage arrangé. Cela fait plus de 9 siècles que les moghols ont envahi l’Inde et il y a toujours, près de 1.000 ans plus tard, d’un coté les musulmans et de l’autre les hindous et les bouddhistes.

Troisième élément : l’absence de mixité sociale, due au phénomène des castes. Cette ségrégation est combattue depuis le début du siècle par quelques consciences politiques (et notamment Gandhi). Mais elle est imprimée dans la culture et n’est pas prête de s’estomper.

Quatrième élément : La situation à l’égard des femmes. Cette ségrégation sexuelle est une des rares choses que les hindous ont repris chez les musulmans. Visiblement, tout ce qui permettait d’isoler quelques « happy few » était bon à prendre.

Cinquième élément : la concentration en milieu urbain, qui n’est pas propre à l’Inde et que l’on retrouve dans tous les pays du monde. « Je crois bien que la misèèère serait moins pénible à la campagne ». On a vu à Kolkata s’organiser la pauvreté urbaine. Nous avons vu hier qu’il valait mieux être un petit artisan à Bunganati qu’à Kathmandu. L’atelier donne sur le village et la campagne et non sur une étroite ruelle.

Bref, ce nouveau voyage m’a fait mieux prendre conscience que les choses n’étaient pas parties pour s’améliorer sur notre bonne vieille terre et que nous avions la chance de vivre dans un superbe pays, tempéré, démocratique et laïque.

Du coup, cette analyse plombe un peu mon bilan de notre voyage. Comment admirer le Taj Mahal sans prendre conscience de toute cette énergie consacrée à la construction d’un tombeau pour deux corps. (Personnellement, je veux croire qu’il l’a construit pour lui et que l’amour de sa femme n’était qu’un alibi … Du reste la démarche ne me semble pas correspondre aux préceptes musulmans qui demandent une tombe humble). Comment admirer les citadelles et les palais des maharajas sans se poser la question de ce que devenait le peuple autour d’eux ? Comment apprécier la sagesse hindoue en voyant ces corps flottant à la surface du Gange ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article