J35 – Jeudi 21 août : San Francisco - Montesson

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Aujourd'hui, triathlon du départ.

Première épreuve : le lever. Epreuve à caractère essentiellement technique car il s'agit de bien régler, la veille, les sonneries de nos deux portables, toujours à l'heure parisienne. Pas de soucis : ils sonnent à 3 minutes d'intervalle et nous sommes vite debout.

Deuxième épreuve : le taxi. Epreuve de nervosité.

4h45 : Nous sommes au pied du Présidio Inn, dans la nuit noire mais douce. La corne de brume mugit dans la baie. Petite circulation, au sein de laquelle on distingue avec satisfaction quelques taxis.

5h00 : Un chauffeur professionnel serait là depuis 5 minutes. Doutes spontanés de l'équipe sur mes capacités à commander un taxi (doutes que je partage).

5h05 : Appel Du central. Nouvel échange brumeux, de même nature que celui de la veille. Mais que répondre à "What's your phone number ?". Mon numéro de portable fait 14 chiffres. J'essaie d'être directif, clair et précis. J'essaie. Flute, j'ai oublié de préciser qu'il nous faut un "big cab" pour transporter nos 7 bagages.

5h15 : Je rappelle. J'ai l'impression que c'est le même opérateur. "The cab is on the way". L'équipe m'incite à arrêter n'importe quel taxi. J'essaie de résister à la pression.

5h25. Je craque. J'arrête un taxi. Mais peut-être était-ce le bon ?

Troisième épreuve : l'enregistrement. A nouveau une épreuve technique avec un soupçon de nervosité : Fallait-il confirmer notre retour ? (Ce que je n'ai pas fait). Il n'y a plus d'hôtesse pour l'enregistrement : tout est automatique. On se retrouve devant un écran. Il suffit de pianoter son numéro de réservation. Numéro incorrect. On recommence. Numéro incorrect. Deuxième possibilité : présenter son passeport devant un scan. Passeport non reconnu. Nouvel essai. Passeport non reconnu. Je craque et j'appelle la dame qui oriente les passagers devant les écrans. Petite satisfaction : cela ne marche toujours pas. Elle essaie avec le passeport de Cath. Ouf ! ça fonctionne et Jolhan et moi apparaissons comme passagers associés. On remplit le questionnaire concernant les bagages. La machine crache nos coupons d'enregistrement. On tend nos bagages et on vérifie que les étiquettes sont bien estampillés CDG. C'est bon. Finalement ce doit être assez rapide et pratique lorsque cela fonctionne. Mais pourquoi cela ne fonctionne-t-il jamais la première fois ?

Le reste n'est que routine. In the plane again…

Je remplis ces quelques lignes et je décrète que notre carnet de voyage s'arrête là.

J35 - San Francisco - Airport

THE END.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article