J19 – Dimanche 19 octobre 2014 – Le Bromo, vu de l'intérieur

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

J19 063

 

Nous sommes réveillés par le vrombissement des jeeps. Il est 2h45. Elles remontent en un flux continu la route qui passe devant notre hôtel. 200 jeeps, peut-être plus, et autant de motos emmènent les visiteurs vers le point le plus haut du volcan pour leur permettre d'admirer le Bromo au lever du soleil. J'écris visiteurs plutôt que touristes car il y a moins de 5% d'européens. Nous sommes dimanche et les indonésiens affluent de toutes parts. Nota : ils sont 250 millions ! Le 5ème pays le plus peuplé au monde. Normal qu'il y en ait un peu plus d'un millier d'entre eux sur ce superbe site.

 J19 006 J19 009 J19 008

Un chauffeur s'arrête et nous embarque. Nous sommes 6 européens dans sa jeep. Nous sentons que nous avons le privilège d'avoir un champion local. La jeep dévale la pente à 20 % pour rejoindre le lac de sable de la caldeira. Dans le sable, chacun sa trace … et chacun ses bosses. On remonte de l'autre coté. Des pentes à nouveau à 20%. Sûr que la jeep est bien adaptée à ce parcours. Ça coince régulièrement sur la petite route, mais notre champion insiste, klaxonne, se faufile, jusqu'au moment où, définitivement, il ne peut plus avancer. Des jeeps garées à droite, des jeeps garées à gauche, des jeeps qui tentent de faire demi-tour. Et au milieu de tout cela, des motos.

J19 013 J19 017 J19 036

Encore un exemple de la débrouillardise des indonésiens. A yant remarqué que les jeeps étaient régulièrement bloquées assez loin du sommet, ils proposent un service de moto taxis, qui font la navette dans un bruit infernal.

Nous remontons le flot. Il fait toujours nuit. Lorsque nous avons quitté l'hôtel, le ciel était encore étoilé. Le temps d'arriver là-haut, le ciel s'est couvert et le vent s'est levé. Nous arrivons à un belvédère où se pressent des centaines de spectateurs. Devant nous, la brume.

J19 033 J19 035

Le Bromo, c'est comme le Mont Blanc, cela se mérite. Et bien on ne doit pas le mériter car on verra tout juste un timide rayon effleurer le cône.

 

Redescente vertigineuse. Nous rejoignons le lac de sable.

J19 068 J19 069 J19 078

Mais le show n'est pas terminé. Il y a une deuxième étape qui consiste à aller voir le cratère qui jumelle le cône. A travers les bourrasques de vent de sable, nous distinguons une colonne disparate d'individus à pieds, à cheval, à moto, se dirigeant vers l'escalier qui mène au cratère. Nous nous joignons à eux et, dans la poussière et avec beaucoup de patience, nous atteignons le bord du cratère. Une violente odeur de souffre s'en dégage.

 J19 086 J19 087 J19 088

J19 096 J19 104 J19 105

Nous laissons la foule et descendons, tous seuls, par un chemin tracé dans le sable un peu plus loin.

J19 119 J19 116 J19 122

Moment de fraîcheur à notre retour sur la mer de sable : nous sommes accueillis par un petit groupe de lycéens enquêtant sur notre perception de l'Indonésie, des indonésiens et du Bromo. Questions, réponses, émargement de leur liste, photos, ce fut un agréable contact avec la jeunesse locale.

 

Retour à Cémoro Malang, grosse douche, ptit déj. Nous sommes les derniers dans l'hôtel. Un minibus s'arrête. C'est bon, on arrive !

 

Transfert sans grand intérêt vers Ijem où nous allons découvrir un deuxième volcan Kawah Crater. Le minibus rejoint la côte. Peu de circulation, nous sommes dimanche. Puis nous quittons le littoral, direction la montagne.

Les cendres volcaniques ont rendu le sol très fertile : du riz, de la canne à sucre, des choux, des tomates, puis des hévéas et enfin du café, au dessus de 1.000 mètres.

J19 2 137 J19 2 134 J19 2 120

Comme le rappelle Kévin, Java produit un très bon café.

De fait notre hôtel s'appelle Arabica Homestay. Il fait partie d'un complexe comprenant l'usine de production du café et des habitations, sûrement des cadres ou du personnel. Nous sommes impressionnés par la propreté des jardins. Pas un brin d'herbe entre les poireaux ! (Pour Raymonde...).

 J19 2 115 J19 2 116 J19 2 125

A 200 mètres en contrebas du Homestay, un charmant petit village. La nuit est tombée ; trop tard pour les photos.

Demain matin, lever 3 heures 30 ...

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Stinadanse 20/10/2014 18:35

Mais non je ne connais pas Raymonde mais ce n'est que partie remise j'espère.

kevin 20/10/2014 18:04

Superbes , les photos du volcan!

marie hélène 20/10/2014 12:36

Salut les Voyageurs !

OUAH,des poussins de toutes les couleurs ! "YA QUE çA QU'ELLE RETIENT LA VIEILLE MH ? !!! "

Catherine, Marc m'a volé mon truc à poches pas brodé mais quand même !

bon, ben , c'est toujours super bien rédigé, avec plein d'humour, je me reconnecterai en rentrant de mes montagnes; nous partons samedi ou dimanche en bagnole ou by plane, pas encore décidé !
profitez bien ! bises mh (ma soeur a reçu le nouveau momix génial paraît il, pas encore vu)

Stinadanse 20/10/2014 09:47

J'ai beaucoup apprécié ce récit où j'avais l'impression de partager votre périple et ses odeurs de souffre.
La prochaine fois vous emmènerez Raymonde (que je ne connais pas mais dont j'ai beaucoup entendue parler.)

notretourdumondeparpetitsbouts 20/10/2014 17:32



Question odeur de souffre, aujourd'hui tu vas être servie. Nos vêtements sont encore tout imprégnés...


Quoi, tu es venue dans le Beaufortain et tu ne connais pas Raymonde ?



Marico 20/10/2014 09:44

pas de photos ? Pas grave le commentaire est fort dynamique et nous fait partager les émotions vécues ! o))))))))) bisous

DeLizAzz 19/10/2014 20:05

De retour d'un loooong week-end à Amsterdam ! C'était super ! Lisette souriait et rigolait tout le temps... J'espère que ce n'est pas à cause des émanations des substances licites mais illicites
chez nous... Des photos ? Je termine la Thaïlande et en avant Amsterdam !

Bromo, on avait failli louper le lever de soleil ! On avait voulu y monter à pied (mais je ne crois pas au même endroit que vous...) ! Du coup on n'a évité la horde de jeeps et motos et pensions
être seuls au sommet : on a galéré pour trouver de la place au sommet ;-) Un bon souvenir en tous cas !
Des bisous et bon Kawa Ijen... Pas évident niveau émotion, un peu comme dans les mines de Potosi...

notretourdumondeparpetitsbouts 20/10/2014 17:28



Les deux sont hards ; mais à Potosi les galeries consolidées n'importe comment prennent peut-être encore plus aux trippes ...