J14 – Mercredi 29 juillet 2009 – Hué – Hanoï

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

8h30. Déjeuner chez Monsieur Hoang. Nous en profitons pour admirer la montagne de la Paix Royale, à partir de laquelle, les architectes adeptes de Feng Shui (il parait que l’on appelle cela la géomancie) ont construit la ville. Un petit coup d’œil également sur les fleurs de la résidence et le bassin à poissons rouges au sein duquel un requin régule les naissances.


9h00. Arrivée devant la Cité Impériale.

Construite entre 1804 et 1835, donc lors de l’occupation française, par le roi Gia Long fondateur de la dernière dynastie des Nguyen (je copie dans le guide de Monsieur Hoang) elle a été détruite partiellement par les français en 1952 et aux deux-tiers par les américains en 1968.

La Citadelle est un grand carré de 10 kilomètres de périmètre, entouré de douves. A l’intérieur on trouve la Cité Impériale, nouveau carré de 600 mètres de coté environ, entouré de douves également, au sein de laquelle on trouve la Cité Pourpre interdite, nouveau carré de 300 mètres de coté.

Il reste environ 20 pavillons debout, restaurés ou en cours de restauration. Nous prenons la doc de monsieur Hoang et le Routard et nous partons pour deux heures de balade.

Le lieu, aussi bien reconstitué soit-il, ne fait pas ressentir la vie de ses habitants. Je préfère pour cela la lecture des ouvrages de Monsieur Hoang. Les concubines y constituent un sujet d’interrogation central… et explique la taille du palais. C’est parce qu’un roi avait une centaine de concubines qu’il fallait un palais aussi important.

Peut-être qu’au début de son règne, le roi pouvait tirer (c’est le cas de le dire) quelque satisfaction de pouvoir disposer d’autant de femmes qu’il le souhaitait. Mais les choses, très vite se gâtaient et on peut facilement le comprendre. Imagine dans un lieu clos une centaine de femmes le plus souvent insatisfaites (même si, à coups d’aphrodisiaque, certain roi essayait d’en satisfaire 3 à 5 par nuit – Je cite Monsieur Hoang, grand spécialiste de l’Histoire vietnamienne). C’est ce qui faisait dire au roi Gia Long qu’il lui était plus facile de gouverner le pays que de diriger son harem. Et quand on lui demandait pourquoi dans ce cas avoir un harem aussi important, il répondait que c’était pour acheter la paix politique au sein du pays, puisque c’était le plus souvent les mandarins locaux qui lui offraient une de leurs filles pour obtenir ses faveurs.

12h00. On déambule dans les rues de la Ville moderne. De grands bâtiments modernes, nickel. Une belle ville, assurément ;

15h00. Retour à l’hôtel pour reprendre des forces avant de prendre l’avion.

18h00. Taxi pour l’aéroport.

 

21h00. Arrivée à Hanoï. Transfert épique vers le Prince hôtel à Hanoï.

Nous ne pensions pas enrichir le blog avec cette partie là du voyage. Et pourtant … Nous sommes accueillis par 2 personnes à notre sortie de l’aéroport. Nous découvrons bien vite qu’il y a sur le siège passager le vrai chauffeur et au volant un jeune homme qui … prend une leçon de conduite. Astucieuse manière de faire d’un transfert deux sources de revenu, légales selon le chauffeur officiel… L’apprenti ne dépasse pas les 40 à l’heure sur la route à deux fois deux voies qui mène au Centre Ville. Sur les conseils avisés du Coach, il reste soigneusement sur la voie de gauche. Et lorsqu’un énorme poids lourd vient nous surplomber en cornant des menaces, il se contente de … mettre les warnings. Après nous avoir doublés, le chauffeur du poids lourd, nous fera même une queue de poisson symbolique, preuve qu’il a fini par perdre son sang froid, ce qui est rare chez un vietnamien. Ensuite, notre apprenti conducteur roule à cheval sur la ligne médiane, ce qui fait qu’on est doublé des deux cotés à la fois. Enfin nous découvrons qu’il y a des trous dans le muret qui sépare les deux chaussées. Une voiture fait demi-tour juste sous notre nez. Notre chauffeur s’en tire plutôt bien. Heureusement pour le coup qu’il roulait toujours à 40. Le coach le félicite et commente la circulation « Crazy, Vietnam very crazy ». 5 minutes plus tard on croit vraiment qu’on va être impliqué dans notre premier accident. Un jeune couple à moto fait également demi-tour juste sous notre nez. Je vois la jeune fille à l’arrière qui lève la main pour se protéger de l’impact. Sauvés à nouveau par la vitesse d’escargot de notre véhicule. On a vraiment les jetons, d’autant que nous ne sommes pas encore entrés dans la ville. Cath veut tout stopper et prendre un taxi, puis finit par trouver le bon compromis ; elle demande au chauffeur de reprendre le volant. Cinq minutes plus tard, nous slalomons à 80 à l’heure au milieu des motos, comme d’habitude …

Viet Nam 2009 - Photos JD - J15 - Hanoï 004 - Notre Chambr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article