J11 – Dimanche 26 juillet – De Da Lat à Hoï An

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

15h00. A nouveau dans le bus, mais d’entrée de jeu, ce n’est pas l’euphorie. Nous attendions un bus de nuit, équipé de couchettes (confortables, naturellement) à l’image de ceux que nous avait décrits Delphine ; celui-ci est plutôt moins confortable que celui que nous avons pris hier et en tous cas pas spécialement équipé pour la nuit.

La nouvelle route pour Na Trang se révèle par ailleurs très étroite ; avec de nombreux endroits où deux véhicules ne peuvent se croiser. La moyenne ne doit pas dépasser 30 à l’heure. 14 heures dans ces conditions, cela va être dur.

Point positif ; on a encore les places du fond, surélevées, et la vue qui va avec. Innovation : Mon jeune voisin est américain d’origine vietnamienne. Nous disposons ainsi d’un interprète. Bon, c’est aussi un super bébé sumo de 17 ans, qui déborde de son siège…

Viet Nam 2009 - Photos JD - J11 - J12 004 - Pagode 1 Viet Nam 2009 - Photos JD - J11 - J12 002 - Pagode 2 Viet Nam 2009 - Photos JD - J11 - J12 007 - Pagode 4

Ce matin, une dernière balade, en téléphérique, nous a permis de visiter une pagode bouddhiste dans la campagne environnant Da lat, avant un dernier repas, dans le marché, avec Delphine et Marika.

Viet Nam 2009 - J10 - J11 - J12 045 Viet Nam 2009 - J10 - J11 - J12 046 Viet Nam 2009 - J10 - J11 - J12 047

16h00. La route s’est améliorée. Le bus prend de la vitesse. On traverse de mignons hameaux appartenant à ce qu’on appelle ici les « minorités ethniques ». Dès que j’en sais plus, je t’en dis deux mots.

19h00. Arrêt diner.

21h00. Nous avons rejoint la route côtière à Nha Trang. Elle est très chargée, de bus et de camions, principalement. Notre chauffeur roule … comme un chauffeur vietnamien la nuit. Il fonce, même si la vitesse du bus ne doit pas excéder 70 kmh. Il double en permanence, surtout dans les virages à gauche, ce qui lui permet de prendre la corde. 9 fois sur 10, il n’y a personne, ça passe. Une fois sur 10, il y a un véhicule. Cela s’arrange « à l’italienne ». Le doublé et le croisé serrent à droite, ralentissent, voire freinent en cas de danger extrême, et nous, on passe … De temps en temps les rôles s’inversent et c’est notre chauffeur qui doit serrer à droite ou donner un grand coup de frein …

23h00. Va-t-on réussir à dormir quelque peu ? Ou va-t-on s’effondrer en arrivant à l’hôtel perdant ainsi le bénéfice de la nuit passée dans le bus ? Aura-t-on accès à notre chambre en arrivant ? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article