J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Amusant ; je m'aperçois que j'ai daté les 7 articles de Janvier 2020 de ...2019 ! Et tu ne me dis rien ...

Et pourtant c'est ce soir que nous sommes "cansado", fatigués, après 24 heures de bus...

Tout avait pourtant bien commencé.

Nous avons découvert un bus de nuit, semi-cama (sièges inclinables fortement), partant de Cuenca et se rendant directement ... à Tulcan, la frontière colombienne. Durée estimée : 15 heures. Il part à 17h30, ce qui devrait nous faire arriver à la frontière à 8h30. Parfait !

Nous avons 2 places devant, parfait pour surveiller nos sacs.

J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !

Et le bus part à l'heure. A18h30, il fait nuit. A 20h00, nos destins divergent. Je m'endors tranquillement et ne serai à peine réveillé toutes les demi-heures par les indiens qui montent et descendent dans la nuit dans des lieux improbables. Car bus direct ne veut pas dire qu'il ne s'arrête pas ...

De son coté Cath n'arrive pas vraiment à apprécier la conduite du (des, il y en aura 5 !) chauffeur(s) ; sa nuit sera donc beaucoup moins paisible que la mienne.

Nos destins se rejoignent en pleine nuit. Ce coup-ci, tout le monde semble descendre et, effectivement, il ne reste bien tôt plus que nous dans le bus... et le chauffeur, qui nous incite à rejoindre dehors nos derniers compagnons de voyage. Il est 5 heures et, surprise, nous sommes (déjà) à Tulcan. Le bus n'aura mis que 12 heures.

J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !

Taxi. Nous franchissons donc la frontière en pleine nuit. 40 minutes tout compris. Super ! Un autre taxi. Un autre bus et 2 heures plus tard nous sommes à Pasto. Il est 9h30. Plus que 5 heures et nous sommes à Popayan, l'étape du jour.

Dans cette grande gare de Pasto, il y a à peu près 15 compagnies de bus qui affichent des destinations plus ou moins fiables, mais ni l'heure de départ, ni le prix. Il faut donc passer une tête coupe-file pour interviewer le guichetier, en espagnol, ce qui ne garantit pas la fiabilité de ce que nous comprenons de la réponse.

Au bout de 10 minutes, nous comprenons que Popayan n'est pas une destination très demandée, en tous cas très offerte. Nous envisageons de prendre des billets pour Cali et de descendre en cours de route, mais le premier départ est dans 3 heures.

Nous gambergeons quand soudain, petit miracle. Un des derniers guichetiers réussit à me faire comprendre qu'il va fermer son guichet pendant une demi-heure mais qu'il essaie de programmer un voyage exceptionnel pour Popayan, départ dans une heure, à un coût doublé. Nous initions donc une queue devant un guichet vide et très vite, je remplace le guichetier. "No, no Cali, Popayan !" ; "si, a las dies y media" ; "seissenta pesos per persona". Et les gens sont convaincus et font la queue. Forcément, c'est le seul espoir de bus pour Popayan... Au bout d'un certain temps je réalise que le nombre de personnes faisant la queue dépasse probablement largement la capacité du minibus que le guichetier va réussir à négocier, mais je cale à faire part de mes interrogations à qui que ce soit.

Et à 10h30, miracle, le minibus quitte le quai, avec nous aux deux premières places, derrière le chauffeur.

Ce sera le dernier miracle de la journée ! Au lieu de 5 heures, le bus en mettra 8 ! La "Pana", tranquille au début, devient hyper fréquentée, notamment par les camions, et comme elle est à 2 voies et que cela monte et ça descend sans cesse, nous allons à la vitesse des camions, soit 30 kmh. Quand nous ne sommes pas tout simplement arrêtés pendant une heure environ pour passer le péage.

Un péage pour financer quoi ? La route est toujours aussi étroite et pleine de nids de poule...

Nous nous intéressons quelque temps au paysage ; nous passons l'embranchement des 3 cordillères colombiennes pour prendre la cordillère centrale.

Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...
Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...

Les motos, c'est pour Otis ! Il voulait savoir si la Colombie était faisable en moto ...

Nous nous intéressons finalement à la parade amoureuse d'une amie du chauffeur, qui réussit à passer du statut d'amie à celui de "petite amie" en à peu près deux heures avant de reprendre ses distances et son statut antérieur, victime elle-aussi de la lenteur du voyage. Coté chauffeur, la conduite s'en ressent également. Au début très pro, puis un peu dissipée, une seule main sur le volant, enfin conduite un peu n'importe comment, du fait probablement de la fatigue.

J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !

Popayan ! Nous en avons plein les baskets. L'hôtel heureusement est sympathique. Une petite virée dans le quartier ; 2 mojitos, 2 empailladas et, enfin, dodo !    

J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
J21 - Mercredi 8 Janvier 2020 - Popayan, en Colombie, après 24 heures de bus !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cat92 09/01/2020 20:08

Heures, excuses.

Cat92 09/01/2020 20:08

Mon dos ne supporterait pas ça, c'est bien que vous le fassiez pour moi???? et après tant d'heure de voyage vous allez vous poser 2 petits jours ??

Otis 09/01/2020 18:18

Attention au tourisme chamanique et au yagé en Colombie.
Beaucoup d'escrocs, et des touristes reviennent froids en soute tous les ans.
Au fait, y a-t-il un fado colombien ?
Bises

notretourdumondeparpetitsbouts 14/01/2020 03:12

Welcome, Otis ! Nous découvrons, grâce à toi, l'existence du yagé. Mais aucune piste sérieuse sur le terrain ...
Pas de fado, apparemment, mais la salsa ... et ces chants sirupeux !

Marico 09/01/2020 08:01

Pas de dos en compote après ces longues heures en bus ?
Bises

notretourdumondeparpetitsbouts 09/01/2020 14:01

Cela a été. En revanche, c'est l'activité cérébrale qui se dégrade avec le temps ...

cath 09/01/2020 13:44

Pour moi le dos ça allait … ce sont les jambes qui tiraillaient !