J2 – Dimanche 30 avril 2017 – Jericho... encore un nom chargé de souvenirs...

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Il est minuit ; je suis complètement naze après 45 kms de VTT par 35°C. De plus, pas de risques de trouver un wifi dans ce «camp de réfugiés » qui nous héberge.

Je vais me contenter des grands titres.

 

D'abord la situation en Palestine. Nous avons du mal à comprendre comment les gens d'ici peuvent vivre ainsi, sous le contrôle permanent de l'armée israélienne qui quadrille le territoire de check-points qu'elle ouvre et ferme selon sa volonté.

Leur souhait d'empêcher les touristes de venir en Palestine pour témoigner n'est pas une invention. Un projet de loi a été écrit en ce sens, mais pas encore signé. Tous les touristes débarquant à Tel Aviv pourraient devoir signer un papier par lequel ils déclarent qu'ils ne vont pas en Palestine. Et s'ils sont pris dans un check-point : direction l'aéroport et réembarquement au plus tôt.

 

En ce moment, les prisonniers palestiniens font une grève de la fin pour avoir le droit de vivre dans des conditions décentes et de voir leur famille autrement que 45 minutes tous les 3 mois derrière une vitre. Certains sont emprisonnés depuis 30 ans... Des chapiteaux sont dressés en ville pour expliquer la situation et nous sommes allés ce soir entendre les témoignages.

 

J2 – Dimanche 30 avril 2017 – Jericho... encore un nom chargé de souvenirs...
J2 – Dimanche 30 avril 2017 – Jericho... encore un nom chargé de souvenirs...

Bref, la situation est oppressante et nous sommes surpris de voir ce peuple se lever malgré tout le matin et faire en permanence du slalom autour de la présence des israéliens.

 

Ceci, c'était le chapitre politique.

 

Ce matin, nous avons bien cru que le check-point de la route de Jéricho avait été fermé. En fait, non, un camion a fait une sortie de route ce qui a engendré un blocage total pendant 2 heures. Le temps de nous mêler à la foule, de savourer un café sur le bord de la route et de nous faire offrir des noix de toutes sortes.

 

Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne
Au cœur de la vie palestinienne

Au cœur de la vie palestinienne

Coté sportif, nous récupérons des VTT tous neufs dans la campagne vers 13 heures. Le terrain est gentiment vallonné, le seul problème : la chaleur combinée avec un entraînement un peu juste, pour moi et la moitié de mes collègues. Nous montons au Mont de la Tentation, mais échouons pour 5 minutes à la Porte du Monastère. Nous visitons un peu à l'arrache le « Palais d'Hisham », construit au 8ème siècle et détruit par un tremblement de terre aussitôt après, et nous échouons à 5 kms de la mer morte, les mollets fatigués. Bon, c'est vraiment cela une « reco »...

 

Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé
Premiers tours de roues - Premiers échos du passé

Premiers tours de roues - Premiers échos du passé

Et pendant ce temps-là Cath s'offre le tour en taxi de tous les monuments de Jericho et, comme il n'est que 15h00 repart découvrir la vieille ville de Naplouse à quelques check-points de là.

A la nuit tombée, notre guide, inquiet de ne pas la voir revenir, m'emmène sur la place centrale où nous l'avons laissée, afin d'interviewer les chauffeurs de taxi puis, en désespoir de cause m'emmène faire une déclaration de disparition inexpliquée dans les services de police. C'est un peu long, car il me faut une photo de Cath et, oh surprise et désapprobation de mes interlocuteurs, je n'en ai pas... Ils me connectent à leur wifi, ce qui me permet d'aller récupérer sur le blog les photos prises la veille lorsque le téléphone du guide sonne. Cath est rentrée, furieuse (!!!) que l'on est fait tout ce chambard. Pourquoi n’a-t'elle pas répondu aux appels, pourquoi n'a-t-elle pas appelé au numéro donné par le guide, c'est une trop longue histoire qu'elle saura vous expliquer de vive voix... En revanche, elle a été conquise par la vieille ville de Naplouse, s'est offert un hammam et a acheté de multiples pâtisseries locales...

Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse
Virée de Cath à Naplouse

Virée de Cath à Naplouse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nanette 04/05/2017 18:05

Triste jeu de mot "grève de la fin" !
Bon séjour

Thérèse 06/05/2017 14:58

je pensais la même chose...

Stinadanse 04/05/2017 10:01

Superbes paysages, émotions fortes, surprises, suspens tout y est !
Ah Cath je la reconnais bien, elle a besoin d'indépendance.