J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok

Publié le par notretourdumondeparpetitsbouts

Grosse journée de transfert pour Bangkok. Taxi pour l'embarcadère – Bateau pour Koh Phangan, l'île la plus proche – Nouveau Bateau pour Surat Thani – Minibus pour l'aéroport – Avion Air Asia pour Don Mueang, l'aéroport des lignes intérieures de Bangkok – Taxi pour l'hôtel Wanderlust, proche de l'aéroport international d'où nous partons demain matin. Ouf !

Départ à 8h30 – Arrivée : 20h00.

J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok

Seul moment de tension : au départ, à l'embarcadère, pour l'enregistrement. Notre hantise, c'est la queue « one by one », sous le soleil, qui peut durer une heure. Nous nous débrouillons pas trop mal, sauf que c'est le mauvais comptoir, ce que l'on découvre en arrivant au guichet. Nous traversons la rue. Notre bateau est « broken ». Nous partons avec une autre compagnie à 9h30 et changerons de bateau à Koh Phangan, l'île suivante.

De toute manière, l'important c'est d'avoir ce sticker de couleur que l'on te colle sur la poitrine et qui indique ta destination. Après, tu es comme un paquet UPS : tu n'as plus besoin de réfléchir et, normalement, tu arrives à bon port…

 

J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok
J40 – Jeudi 9 février 2017 – Bangkok

Autre moment d'interrogation. Nous avons, comme tout le monde, déposé nos sacs à l'avant du gros catamaran. Le circuit dans le bateau s'organise assez bien puisque nous sommes à la queue-leu-leu depuis la passerelle. Arrivée par l'allée tribord, dépose du sac, et on va se placer où on veut par l'allée babord.

A Koh Phangan, tout le monde se lève en même temps et tente d'aller reprendre son sac par les deux allées avant de ressortir du bateau par l'arrière. Forcément, ça embouteille. D'autant qu'arrivés devant le tas d'une centaine de sacs, beaucoup ne retrouvent plus le leur. Et vas-y que je défais la pile et que je me mets à creuser dans le tas, comme un fox-terrier qui a flairé un lapin. C'est le « mess » (le bordel, quoi...) le plus complet. Et l'hôtesse qui psalmodie : « there are bags inside, there are bags outside ». Traîtreusement, ils ont transféré une dizaine de sacs sur le quai. Mais avant de comprendre et d'être sûr que ton sac n'est plus à l'intérieur …

 

Voilà ; c'était histoire de meubler... Tout ceci sent la fin du voyage !

Dernier dîner. On refait les sacs en ressortant les chaussures et en mettant les polaires au-dessus !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Toujours plus dur les aleas du voyage au retour qu'à l'aller : l'enthousiasme est nettement moindre. Les polaires ne seront peut-être plus utiles le froid s' est éloigné
Répondre
M
Le début de ton texte JD me fait penser à Prévert ! Tu sais pour peindre un oiseau il faut une cage...etc...
Pour terminer un beau voyage, il faut taxi, bus, bateaux, avions...
Vous nous avez réjouis avec photos, commentaires...bon retour avec les polaires déjà utiles ds l'avion en raison de la clim' ! Bisous
Répondre
N
La polaire indispensable. .grrrrrr
Bises et bon retour
Répondre
P
coucou bon retour avec de beaux paysages pleins les yeux à, bientôt et je ne sais plus si je l'ai écrit merci pour la carte bisous bisous welcome
Répondre
S
Bon voyage pour le retour et merci pour tous ces reportages très intéressants. Bises et à bientôt.
Répondre
S
Bon retour à vous et en effet couvrez-vous bien !
Répondre
D
oui metre les polaires a disposition vous en aurez besoin pour l 'arrivée.!!! Bon voyage.bisous
Répondre
K
J'imagine le bordel d'autant plus qu'il y a beaucoup de touristes. Le rêve ça serait de partir juste avec une brosse à dent.
Répondre